Horaires : Lundi au Vendredi 9h00- 12h00 et 13h30-17h00
Répondre aux besoins de notre territoire

 

La Régie avance dans une logique de développement territorial et souhaite créer du lien social, c’est pourquoi nous avons réuni un « Groupe d’Animation » constitué d’habitants du territoire désireux de s’impliquer dans cette aventure, mais aussi de travailleurs sociaux et de bénévoles associatifs.

L’objectif était de permettre, grâce à un regard croisé habitants et professionnels, d’identifier divers domaines pour lesquels nous pourrions organiser des temps d’échange, de formation ou d’information…

C’est grâce à cette démarche qu’un certains nombre de thématiques ont été retenues. Elles seront donc l’objet du travail de sous-groupes qui se sont constitués autour de l’intérêt de la question traitée.

 

  • Les conduites addictives:

Nous souhaitons développer un partenariat qui pourrait débuter par une présence d’un organisme spécialisé sur le territoire.

Nous ne voulons pas introduire seulement une permanence supplémentaire sur le territoire. Nous devons rechercher comment et dans quelle logique, l’ensemble des acteurs du territoire, concernés par la thématique « addictologie » pourra sensibiliser, puis accompagner les populations concernées vers le soin.

  • La mobilité :

On sait que l’absence de moyen de locomotion autonome est un véritable frein à l’insertion professionnelle, mais que cette absence est aussi un handicap dans la vie quotidienne ; ceci d’autant plus dans des territoires où les transports collectifs sont  rares.

Nous avons ouvert trois pistes de réflexion :

  • Revisiter tous les moyens de transports collectifs présents : train, Transdôme, Bus des montagnes, transports scolaires…

et renforcer la communication et l’information autour des transports collectifs existants

  • Réfléchir à un dispositif d’auto-partage
  • Favoriser le Co- voiturage local

Nous recherchons un système qui permettra une relation de proximité entre les personnes qui ont un véhicule et qui font des trajets réguliers ou non et les personnes sans moyen de locomotion autonome

  • La culture :

L’accès à la culture pour tous et en particulier pour les personnes en difficultés reste un objectif de la régie de territoire.

L’offre locale en cette matière est déjà très importante. Il ne s’agit donc pas pour nous de créer des actions alors que le besoin est couvert. Par contre, nous savons à quel point il peut être difficile pour les personnes qui sont bénéficiaires des minimas sociaux, peut-être financièrement, mais surtout dans leur mode de vie, d’aller spontanément vers ces propositions.

Nous sommes donc dans une démarche partenariale, actuellement avec deux compagnies :

La compagnie « La  Balançoire » qui initie un projet autour de « La Crieuse » et qui installe des « boites à mots » dans divers lieux du territoire.

La compagnie « Zumaya Verde » en résidence à qui propose des interventions dans divers lieux avec un public féminin.

 


Nous sommes présents sur ce territoire depuis 2015 et nous avons déjà la conviction que notre démarche répond clairement aux besoins des populations les plus fragiles.
Nous n’avons pas la prétention de répondre à tous ces besoins,  mais toute action qui se mettra en place dans cette logique participative a toutes les chances de perdurer.
Cette contribution au développement territorial va demander du temps avant que nous puissions réaliser une évaluation, mais les indicateurs de résultats sont déjà en place.